Imprimer (nouvelle fenêtre)

Extraits journaux anciens

Retrouvez ci-dessous des extraits de journaux anciens.

Extrait du guide des communes paru en 1829

La Chapelle-Saint-Sulpice

Carte postale, entrée du pays

L'entrée principale du village

La Chapelle-Saint-Sulpice, cura Cappelloe Sancti Sulpicii propè Naudum ; patrons, Saint Sulpice et Saint Antoine ; autrefois 1790 cure de l'archidiaconé et doyenné de Provins, conférence ecclésiastique de Chenoise, collateur, l'archevêque de Sens, la cure valait 900 livres seigneur, le duc de Fleury , 38 feux, 100 communiants (aujourd'hui 155 habitants), coutume de Meaux, baillage, élection et grenier à sel de Provins, situé dans la Brie-Française, à environ 200 toises de la route de Paris.

Le terrain est sec et aride, on y travaille du froment et du seigle, mais en petite quantité, il y a à peu près 25 arpents de vigne et pas un seul pâturage, pas un seul morceau de pré.

Ce village est sur un ruisseau appelé le ravin des Brodards, dont les inondations fréquentes lui sont nuisibles, et va se décharger dans la Voulzie, entre la Route de Paris à Troyes, au nord, et l'ancienne voie Romaine, appelée le Chemin du Perré, qui va joindre la route de Coulommiers à Maison-Rouge.

La position du pays est assez belle et l'air est très pur.

L'Église est à l'ouest.

La haute, moyenne et basse justices appartenaient au Duc de Fleury, comme seigneur du Plessis-aux-Tournelles, dont la Chapelle-Saint-Sulpice était une dépendance.

Il y avait dans l'étendue de la paroisse une chapelle dite chapelle Peurchée (ndlr : la bonne orthographe est Peurcher), peut-être la Chapelle Perchée, et dédiée à Notre Dame de la Pitié. Elle est en ruine et au milieu d'un petit bois qui en dépendait. Elle n'avait point de titulaire, c'était la fabrique de la paroisse qui en touchait les revenus.

Une jolie maison de campagne dite la grande Cour, avec parc appartient à Monsieur DELONDRE, ainsi qu'une ferme du même nom et une maison isolée dite la maison du Pavé. Il s'y trouve deux fermes appartenant à Monsieur TIVET, maire et l'autre à Monsieur DUMEZ, propriétaire à Issy près de Paris.

Extrait du journal Briard du 2 novembre 1897

Carte postale, photo d'un cheval et de sa calèche

Le cocher de M. DELONDRE ainsi que
le cheval Misti avec lequel il eut l'accident

Un accident de voiture qui eu des suites graves s'est produit vendredi 29 octobre sur la route de La Chapelle-Saint-Sulpice à Saint-Loup-de-Naud. Vers deux heures de l'après midi Monsieur Paul DELONDRE, ancien Conseiller d'Arrondissement de Provins, âgé de 64 ans, Maire de La Chapelle-Saint-Sulpice se rendait à Saint-Loup-de-Naud dans sa voiture à quatre roues dite « dog-cart » attelée d'un fort cheval de prix, qu'il conduisait lui-même. Son fils Monsieur Louis DELONDRE, âgé de 20 ans, l'accompagnait assis à coté de lui sur le siège ainsi que le cocher Monsieur Richard LIEUTENANT, âgé de 45 ans, qui était assis sur le derrière de la voiture. L'attelage trottait tranquillement quand tout à coup, arrivé au lieu de la Garenne, le cheval tourna brusquement et quitta la route pour se lancer dans le bois où il avait l'habitude d'aller pour la chasse.

Le saut du cheval fut si prompt que Monsieur DELONDRE n'eut pas le temps de tirer sur les guides. À ce moment, le pied de la voiture heurta violemment un arbre et le cocher sauta vivement pour se porter au secours de Monsieur DELONDRE père qui était tombé de la voiture. Le cheval qui tirait pour échapper, lança des ruades qui brisèrent les brancards. Cependant Monsieur DELONDRE fils et le cocher réussirent à tirer Monsieur DELONDRE père de sa critique position. Il avait à la tête une large blessure d'où le sang s'échappait abondamment plus le poignet droit fracturé et trois côtes enfoncées à gauche.

Ramené à son château à La Chapelle-Saint-Sulpice, Monsieur le Docteur DAROLLES de Provins, mandé en hâte arriva lui prodiguer des soins et constata les blessures indiquées plus haut. L'état de santé était grave, mais néanmoins on espérait le sauver. Cet accident a causé une pénible impression à La Chapelle-Saint-Sulpice et dans tout le pays voisin.

Journal du 19 novembre 1897

Monsieur DELONDRE Paul, Maire de La Chapelle-Saint-Sulpice, ancien Conseiller d'Arrondissement de Provins a succombé dimanche 14 Novembre aux suites de ses blessures qu'il avait reçues dans le terrible accident du 29 Octobre. Les obsèques de Monsieur DELONDRE qui était âgé de 63 ans ont eu lieu mardi dernier à Paris en l'Église de la Trinité du Père Lachaise dans la sépulture de famille.

Ndlr : Paul DELONDRE (Paris, 4 avril 1834 - La Chapelle-Saint-Sulpice, 14 novembre 1897) était avocat, maire de La Chapelle-Saint-Sulpice de 1850 à 1880 et conseiller d'arrondissement de 1895 à sa mort. Amateur photographe spécialiste de paysages, il est membre de la S.F.P. (Société Française de Photographie) pour laquelle il participe aux neuf premières expositions entre 1857 et 1870. Il épouse en secondes noces mademoiselle GRONDARD qui pratique également la photographie sur papier.